Vous êtes ici : Accueil > Mettre en oeuvre les programmes > Les langues vivantes dans les programmes
Publié : 20 décembre 2017
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les langues vivantes dans les programmes

  • Cycle 1

Éveil à la diversité linguistique

À partir de la moyenne section, ils vont découvrir l’existence de langues, parfois très différentes de celles qu’ils connaissent. Dans des situations ludiques (jeux, comptines…) ou auxquelles ils peuvent donner du sens (DVD d’histoires connues par exemple), ils prennent conscience que la communication peut passer par d’autres langues que le français : par exemple les langues régionales, les langues étrangères et la langue des signes française (LSF). Les ambitions sont modestes, mais les essais que les enfants sont amenés à faire, notamment pour répéter certains éléments, doivent être conduits avec une certaine rigueur.

  • Cycle 2

Le cycle 2 constitue le point de départ de l’apprentissage des langues vivantes pour tous les élèves avec un enseignement correspondant au niveau A1 à l’oral du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL).

Ce cycle contribue à poser les jalons d’un premier développement de la compétence plurilingue des élèves. La langue orale est la priorité. Elle s’organise autour de taches simples, en compréhension, en reproduction et progressivement en production. Un premier contact avec l’écrit peut s’envisager lorsque les situations langagières le justifient.

C’est dans ce cycle que se développent, en premier lieu, des comportements indispensables à l’apprentissage d’une langue vivante étrangère ou régionale : curiosité, écoute, attention, mémorisation, confiance en soi. Développer ces comportements, acquérir des connaissances prioritairement à l’oral, exercer son oreille aux sonorités d’une nouvelle langue sont les objectifs de cet enseignement qui doit tenir compte de l’âge, des capacités et des centres d’intérêt des élèves.

L’enseignement et l’apprentissage d’une langue vivante, étrangère ou régionale, doivent mettre les enfants en situation de s’exercer à parler sans réticence et sans crainte de se tromper. Ce sont la répétition et la régularité voire la ritualisation d’activités quotidiennes qui permettront aux élèves de progresser.

Le travail sur la langue est indissociable de celui sur la culture.

  • Cycle 3

Au cycle 3, l’enseignement de la langue vivante étrangère ou régionale vise, l’acquisition de compétences et de connaissances qui permettent l’usage plus assuré et plus efficace d’une langue autre que la langue française.

Des situations de communication adaptées a l’âge, aux capacités cognitives, aux intérêts des élèves, contribuent à la construction de connaissances langagières, permettant d’atteindre le niveau A1 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) dans les cinq activités langagières.

Il s’agit, pour les élèves, d’atteindre en fin de cycle 3 le niveau A1 du CECRL dans les cinq activités langagières et le niveau A2 du CECRL dans au moins deux activités langagières. Les niveaux A1 et A2 du CECRL correspondent au « niveau de l’utilisateur élémentaire ». En passant de A1 à A2, les élèves quittent « le niveau de découverte » pour entrer dans le « niveau intermédiaire ». Il convient de garder à l’esprit l’âge des élèves du cycle 3 dans le choix des contenus culturels et linguistiques.

Des connaissances linguistiques et des connaissances relatives aux modes de vie et à la culture du ou des pays ou de la région ou est parlée la langue confortent cet usage. C’est l’exposition régulière et quotidienne a la langue qui favorise les progrès des élèves ; son utilisation en contexte donne du sens aux acquisitions.

Un début de réflexion sur le fonctionnement de la langue permet aux élèves d’acquérir une certaine autonomie dans la réception et dans la production et renforce la maitrise du langage.

Indissociable de l’apprentissage de la langue, l’élargissement des repères culturels favorise la prise de conscience de certaines différences, développe curiosité et envie de communiquer. Les contacts avec les écoles des pays ou des régions concernes, les ressources offertes par la messagerie électronique, l’exploitation de documents audiovisuels contribuent à découvrir des espaces de plus en plus larges et de plus en plus lointains et a développer le sens du relatif, l’esprit critique, l’altérité.